badminton


"Souvent, à la fin des longues journées d'été, nous jouions ensemble au badminton dans la salle de bal désaffectée depuis la guerre, tandis que Gerald soignait ses pigeons avant la nuit. Le volant allait et venait au gré des coups de raquettes. La trajectoire qu'il parcourait en sifflant, repartant à chaque fois dans l'autre sens sans qu'on ait su vraiment comment, dessinait dans le crépuscule une traînée blanche et Adela, je l'aurais juré, flottait dans l'air, à quelques pouces au-dessus du parquet, plus longtemps que ne l'eût autorisé la loi de la pesanteur. Après la partie, nous restions la plupart du temps quelques minutes dans la salle, à contempler jusqu'à ce qu'elles disparaissent les ombres mouvantes d'une aubépine que dessinaient, sur le mur à l'opposé de la fenêtre en ogive, les derniers rayons du soleil rasant. Les motifs déliées alternaient sans trêve sur la surface claire ; fugaces, instables, ils s'évanouissaient aussitôt nés ; et pourtant cette dentelle d'ombre et de lumière incessamment recomposée évoquait des paysages de montagne avec leurs rivières gelées et leurs champs de glace, de hauts plateaux, des steppes, des étendues désertiques, des éclosions de fleurs, de îlots, récits de corail, archipels et atolls, des forêts ployant sous la tempête, des herbes graciles et des fumées chassées par le vent. Et un jour que nous regardions ensemble le monde qui lentement s'obscurcissait, Adela me demanda, en se penchant vers moi il m'en souvient : vois-tu les palmiers, vois-tu la caravane qui chemine là-bas dans les dunes ?...""