Philippe Jaccottet



J’aime cheminer avec lui dans le sillage de sa foulée légère, délaissant provisoirement les expéditions pour les parcours modestes ; je réserve mon regard pour quelques carrés d’herbe, un chemin qui serpente, un coin étroit du ciel que traversent des oiseaux sans augures, j’apprends du paysage ce qu’il a à m’apprendre, ni plus, ni moins ; je ne manque de rien, ses mots me désaltèrent, je retourne sans cesse à cette source pure, j’y trouve, au plus juste, ma place d'homme.

(photo DR)