hypnagogique


Dans Le sentiment géographique, Michel Chaillou rouvre pour nous L’Astrée d’Honoré d’Urfé, cette interminable récit « moutonnant, poissonnant, où des ombres, en fin fond de discours, échangent des paroles » dans un texte superbe au flot intarissable et aux nombreux détours, à l’image du Lignon « vagabond en son cours aussi bien que douteux en sa course », au bord duquel bergers et bergères cèdent à ses « engourdissements d’argile et de sable » et c’est ainsi que nous cédons saisis par la beauté de la langue et son pouvoir hypnagogique.