Groucho Marx


J’ai retrouvé la trace de Groucho Marx dans un döner kebab, 78 rue d’Amsterdam. Je l’ai reconnu immédiatement, derrière la caisse, avec sa moustache inimitable, son air facétieux quoique un peu las. Jugeant qu’il apprécierait d’être laissé dans cet anonymat auquel il aspirait désormais, je suis resté discret, j’ai payé mes brochette Adana sans rien dire et il m’a rendu la monnaie comme si de rien n’était ; mais par un simple clignement d’œil, il m’a fait comprendre qu’il avait compris que j’avais compris. Je suis heureux de cette rencontre muette, j’y repense encore avec tendresse, même si je regrette de ne pas avoir revu aussi Chico Harpo et Zeppo qui ne devaient pas être bien loin, sans aucun doute en cuisine à laver les salades, trancher le pain, éplucher les oignons.

(photo DR)