psychologie des palmiers


Entre deux exercices de grammaire, le professeur d’arabe faisait part à ses élèves de l’avancée de ses recherches sur la psychologie des palmiers. Ce fin connaisseur de Mutanabbi confiait que le palmier n’est pas un solitaire et aime vivre en clan ; mais lorsque l’un de ses congénères lui déplaît, il n’a pas son pareil, pour s’éloigner de l’importun sans se déchausser ; poussant de biais, il prend élégamment congé et de la hauteur avec un dépouillement d’ascète, une courtoisie de diplomate

(Figuig, photo BA)