sale boulot


Embauche arbitraire
licenciement sans préavis
patron mutique
aux abonnés absents
pas un jour de repos
aucune gratification
il n’y a pas pire métier
que celui de vivre
pourtant
lequel d’entre nous
se sentirait le courage
d’un Cesare Pavese
pour rompre prématurément
cet absurde contrat
à durée déterminée ?

(image du "Procès" d'Orson Welles, photo DR)