les trois amis


Ces gars-là vont toujours par trois et promènent leurs silhouettes longilignes et flasques dans les rues en shootant dans les cailloux et en se poussant du coude à la vue d’une fille un peu gironde. Comme chacun sait, la démocratie au sein des clans n’est qu’un leurre et ce trio est mené par un chef incontesté qui a aussitôt pris l’ascendant sur les deux autres étant donné son âge (un an de plus) et parce qu’il est détenteur d’une Fiat Panda vert émeraude qui, bien que faisant l’objet de sarcasmes de la part des autres gars pavanant dans des véhicules d’une catégorie supérieure, révèle chaque jour un peu plus son utilité : on peut ainsi sortir de la ville, aller à la plage sans devoir prendre le vélo ; un jour, peut-être poussera-t-on même jusqu’au bourg d'à côté où les filles sont, dit-on, plus belles qu’ailleurs.

(Gianni Berengo Gardin)